Image Generique
Home
fleche

Patrimoine

Le pin maritime est l’ « arbre d’or ». La résine parfumée ajoutée à l’exploitation du bois (scieries), à la transformation en pâte à papier et autres dérivés résiniques et terpéniques procurent travail et subsides à l’économie qui, d’agropastorale, devient à dominate sylvicole voir industrielle. Les nombreuses entreprises installées dans les Landes n’occultent en rien le tourisme vert estival pour vous initier à l’authenticité, à la nature y compris aux nombreuses fêtes patronales avec courses landaises et tauromachie. Le tourisme thermal, avec Dax en 1ère station française, et les stations balnéaires côtières (Biscarosse, Mimizan, Capbreton, Hossegor, Moliets et Mâa…) sont autant d’atouts à découvrir.

  • Essences florales

De la diversité géologique découlent de nombreux biotopes. Le gourdet (oyat) fixe le sable du haut des dunes. Chênes-lièges et mimosas bordent la côte sud. Plus à l’intérieur, sur les terrains sablonneux, acides, ajoncs épineux et genêts à balai ourlent de jaune le bord des routes et la fôret. Chaque printemps, les fleurs des pins libèrent leur pollen qui recouvre tout d’une poussière d’or. Les acacias laissent pendre de longues grappes de fleurs blanches odorantes. La bruyère violine tapisse le pignada jusqu’à la fin de l’automne et offre son nectar aux abeilles productrices de miel de callune.
Au sud, en bassin versant, l’Adour sépare ce plat pays des collines argileuses plus riches de l’Armagnac, Tursan, Chalosse et pays d’Orthe.

  • La richesse faunistique

L’écureuil est l’hôte de référence de l’imposant massif forestier. La cigale chante à nouveau tout l’été depuis la fin du résinage (extraction de la résine) à l’acide chlorhydrique (année 1980). Réintroduite début 1950, la population de cervidés prolifère jusqu’à placer aujourd’hui le département en tête.
Régies par un syndicat mixte de gestion des milieux naturels, deux réserves abritent une faune rare et protégée dont la réserve du Courant d’Huchet. Dans les barthes (zones inondables) de l’Adour et du Luy, le Héron cendré se gave de mollusques bivalves… Des environs magiques à découvrir en visites accompagnées avec des guides naturalistes.

  • « Qualité Landes« 

Côté saveurs du terroir, le label « Qualité Landes » propose depuis 2001 des fleurons gastronomiques issus d’un savoir-faire ancestral. En IGP (Indication Géographique Protégée) ou en label rouge, voici l’asperge des Landes, le kiwi de l’Adour, le boeuf de Chalosse, les volailles fermières et Sa Majesté le canard gras : premier département producteur. Son foie gras se décline en cuit, mi-cuit ou frais, délicieusement accompagné de pêches, pommes, figues, raisins. Son magret grillé au feu de bois se pose sur un lit de cèpes dénichés à l’automne dans les sous-bois. Et le confit traditionnel fait bon ménage avec frites maison et salades.
Au dessert, le vrai pastis (brioche parfumée à l’anisette) toujours accompagnée de sa crème anglaise ne fait pas oublier la délicate tourtière aux pommes ou aux pruneaux à connotation déjà gersoise. Enfin, en flirtant avec le Béarn tout proche cher au bon roi Henri, la poule au pot revient au goût du jour. Quelque bons vin de Chalosse ou de Tursan arrose le tout. Les apéritifs, Floc de Gascogne et lichette d’Armagnac, parachèvent cette ambiance authentique et généreuse. Que du bonheur au détour de vos chemins de vacances !
Pour en savoir plus : http://www.qualitelandes.com

  • La course landaise

Les reines de l’arène, la course landaise perdure depuis les temps immémoriaux comme l’attestent certains grimoire du haut Moyen Âge. La présence dans les dunes littorales de vaches sauvages (aujourd’hui disparues) est à l’origine de ce jeu maintes fois réprimés par l’Eglise et par l’Etat qui ont surtout réussi à renforcer sa notoriété. Rien à voir avec la corrida, l’homme affrontant sans aucun accessoire la bête qui regagne sans dommage sa loge en attendant la prochaine sortie. Le jeu, devenu discipline sportive depuis 1953, consiste à esquiver la coursière tout en passant au plus près : écarts, feintes et sauts sont les trois figures codifiées. Un teneur de corde permet de sauver l’écarteur en difficulté.
Pour en savoir plus : http://www.courselandaise.org

  • La Pelote

La ligue des Landes de pelote basque regroupe près de 3 000 licenciés dont bon nombre d’internationaux : c’est dire l’aura de ce sport essentiellement pratiqué dans la vallée de l’Adour. Dans ce secteur, chaque commune possède son fronton dit « Place libre » (en extérieur), « Jaï Alaï (couvert pour la Cesta Punta), avec mur à gauche (couvert pour la pla ou la main nue) ou trinquet (trois murs et galerie pour public et juges). Main nue et paleta gomme (raquette pleine en bois) sont les plus pratiqués. La pelote (fil, caoutchouc et cuir) a un diamètre de 65 mm pour un poids moyen de 120 g. Elle peut atteindre des vitesses allant jusqu’à 300km/h.

classy black
Chuma Edoga Womens Jersey